Les lettres de Njalla

Njalla est un registrar (l’endroit où l’on achète les noms de domaine) qui a été créé par Peter Sunde (un des cofondateurs de The Pirate Bay)

Qui dit The Pirate Bay, dit tradition de diffuser en public les échanges mails/lettres qu’ils ont avec des ayants droit. (du moins du temps de Peter)

Njalla ne déroge pas à cette règle, et publie sur son blog ce genre de petit échange.

Humour, effet miroir, et provocation sont de la partie.

Mais attention, ce n’est pas juste de la provoc pour de la provoc. Il y a toujours un fond derrière.

Comme le dit régulièrement Peter Sunde « Nous sommes un groupe artistique qui a pour but de questionner le narratif des discours d’aujourd’hui »

J’ai lu un échange mails entre le New York Times et un des employés de Njalla que je trouvais intéressant, donc je l’ai traduit et c’est ce que je te propose aujourd’hui.

Mon anglais n’est vraiment pas parfait, donc entre un traducteur et mes connaissances, ça fait le taff, mais c’est possible que des coquilles de traduction se soit glissé.

Si tu veux lire la version originale elle est dispo sur le blog de Njalla.

Je te laisse avec l’échange (et leur intro) :

Cher participant de Njalla,

De temps en temps, vous nous demandez comment nous traitons les lettres de gens qui n’aiment pas notre service. Nous en recevons certaines et nous répondons à certains d’entre elles. Nous croyons en un certain niveau de transparence (surtout lorsque les trucs à propos desquels nous sommes transparent sont de l’edu-divertissement). Voici donc une lettre d’une personne en Angleterre (c’est là que York est, non ? (C’est du moins ce que dit la carte ! (et ils prétendent être le NOUVEAU journal local)))) qui sont contrariés par… bien. Beaucoup de choses.


De : « [édité], Deborah » <[édité]nytimes.com>
Date : Le 9 janvier 2018
Sujet : Utilisation frauduleuse du contenu du New York Times sur www.paywallnews.com

Chère Monsieur ou Madame :

Je vous écris du service juridique de The New York Times Company ( » The Times « ).

Je crois comprendre que 1337 Services LLC est le déclarant du site Web « paywallnews.com ».

J’ai appris qu’une quantité importante de contenu du New York Times est affichée sur le site Web cité en référence (qui semble avoir été créé uniquement pour fournir aux lecteurs un contenu gratuit qu’ils auraient autrement dû payer). Si vous cliquez sur ce lien : http://www.paywallnews.com/sites/nytimes, vous ne trouverez rien d’autre que du contenu du New York Times, portant le nom du New York Times sur chaque article mais n’accordant aucun crédit ni aux auteurs ni aux photographes.

Le Times n’a aucune trace que quelqu’un de paywallnews.com ait jamais reçu la permission ou la licence d’afficher quelque contenu que ce soit du New York Times.

Cet abus du contenu du New York Times constitue une violation flagrante des droits du Times en vertu de la loi sur le droit d’auteur applicable. De plus, il viole clairement vos propres Conditions d’utilisation (Section 4.2.c., ici : https://njal.la/tos/). En conséquence, nous exigeons par la présente que vous nous fournissiez immédiatement les coordonnées (y compris les adresses électroniques) du propriétaire actuel du site Web paywallnew.com et du fournisseur d’hébergement sur lequel le site Web paywallnew.com est situé.

Si nous n’avons pas eu de vos nouvelles dans les trois (3) jours ouvrables suivant la réception de cette lettre, nous n’aurons d’autre choix que d’exercer tous les recours légaux disponibles. Les demandes faites aux termes des présentes ne doivent pas porter atteinte aux droits ou recours que le Times peut avoir à l’égard de l’objet des présentes, ni y renoncer, tous ces droits et recours étant expressément réservés par les présentes.

Sincèrement,

Deborah [édité]
Service juridique
The New York Times Company
620, huitième avenue
New York, NY 10018
(T) [édité]
(F) [édité]
(E) [édité]nytimes.com


De : « Njalla » <[édité]njal.la>
Date : Le 9 janvier 2018
Sujet : Re : Utilisation frauduleuse du contenu du New York Times sur www.paywallnews.com

Chère Deborah,

Merci pour ce charmant e-mail. Il est toujours bon de communiquer avec les gens qui, dans leur premier courriel, utilisent des mots comme  » nous exigeons « ,  » utilisons tous les recours juridiques disponibles  » et ainsi de suite. J’aimerais commencer par quelques conseils gratuits : mettez à jour vos lettres de menace pour essayer ce que la plupart des gens essaient en premier : être gentil. Ce n’est pas chère (au contraire) et fonctionne bien mieux que votre méthode (source : quelques dizaines de milliers d’années de développement humain qui n’auraient pas été aussi efficaces avec des menaces qu’il ne l’auraient été avec la coopération).

Revenons aux questions que vous nous avez envoyées. Nous ne savons pas qui vous êtes, alors pour aller plus loin, nous aimerions voir une copie de votre carte d’identité, ainsi qu’une procuration notariée montrant que vous représentez effectivement les personnes que vous prétendez représenter. Beaucoup de nos clients ont des concurrents qui essaient de faire tomber illégalement la concurrence. Donc, nous vous demandons gentiment cela (regardez, nous ne sommes pas exigeants, cela peut se faire de cette façon aussi) avant de passer à autre chose.

Salutations,
Njalla


De : « [édité], Deborah » <[édité]nytimes.com>
Date : Le 11 janvier 2018
Sujet : Réponse à votre courriel du 9 janvier 2018 concernant l’utilisation non autorisée du contenu du New York Times sur www.paywallnews.com

Cher Monsieur,

Je m’excuse si je vous ai blessé. Je fais habituellement affaire avec des sociétés qui emploient des gens habitués à lire des documents juridiques, alors j’oublie comment ces documents peuvent paraître aux autres. Et je dois avouer une certaine frustration lorsque je rencontre une entité comme paywallnews.com, dont le nom même énonce son intention de fournir un accès gratuit à ce pour quoi les honnêtes gens paient, et qui, en fait, continue de fournir une quantité extrêmement importante et croissante de contenu du New York Times au moment même où nous écrivons.

Mais je m’écarte du sujet. Évidemment, vous avez une grande expérience des parties malhonnêtes ; pour dissiper vos soupçons, je suis ravi de vous fournir une lettre, sur papier à en-tête du New York Times Company, signée par le vice-président exécutif, avocat général et secrétaire de cette organisation et dûment notariée, attestant mon identité et mon emploi ici (le document est joint ci-dessous).

Encore une fois, comme je l’ai mentionné plus haut, le site Web cité en référence vole de grandes quantités de contenu du New York Times. Si vous cliquez sur ce lien :

http://www.paywallnews.com/sites/nytimes

Vous verrez la section du site Web référencé qui est consacrée – comme le suggère l’url – au contenu du New York Times, qui a tous été soigneusement étiqueté comme tel. Vous pouvez considérer ceci comme mon affirmation formelle que The New York Times Company détient les droits d’auteur de ce contenu et que son utilisation n’a pas été autorisée par nous ou nos agents.

Comme cet abus — en plus d’être une violation flagrante du droit d’auteur du Times — viole vos propres conditions de service, j’espère que vous serez en mesure de voir comment vous pouvez m’aider à mettre fin à cette pratique en me fournissant le nom et les coordonnées du propriétaire du site paywallnews.com et du FAI où il est hébergé.

Les demandes faites aux termes des présentes ne renoncent à aucun des droits ou recours que le Times peut avoir à l’égard de l’objet des présentes, tous droits et recours étant expressément réservés par les présentes,

Sincèrement,

Deborah [édité]


De : « Njalla » <[édité]njal.la>
Date : Le 11 janvier 2018
Sujet : Re : Réponse à votre courriel du 9 janvier 2018 concernant l’utilisation non autorisée du contenu du New York Times sur www.paywallnews.com

Chère Deborah,

merci pour vos excuses – et considérez-les comme acceptées. Cela ne m’a pas blessé, c’est plutôt que nous n’acceptons pas le ton des menaces dans le monde d’aujourd’hui. ça semble ignorant, moralisateur et contre-productif pour toute société moderne. Comme vous le savez peut-être, nous sommes un groupe artistique qui travaille à modifier le statu quo du discours narrativisé d’aujourd’hui, ce qui nous amène à penser un peu plus loin que le cervelet des mammifères.

Merci également pour le document ci-joint. C’est bon de savoir à quel parti on parle. Nous ne considérons pas les gens comme malhonnêtes parce qu’ils prétendent être quelqu’un qu’ils ne sont pas, nous les considérons comme de mauvais escrocs. En tant qu’artistes nous-mêmes, nous sommes fiers du bon art.

Notre frustration à l’égard du domaine en question est cependant différente d’un point de vue thématique. Pour nous, le nom fait plus probablement référence à un site d’actualité sur les paywalls, mais cela pourrait être une différence culturelle, nous sommes juste le public normal des journaux, ne travaillant pas dans ce domaine où la plupart de nos jours tournent autour de notre vision du monde. Nous sommes aussi frustrés, mais du fait que ces sites doivent exister. Dans notre monde, il est dommage que les gens ne sont pas considérés comme suffisamment importants dans la société, de sorte qu’ils peuvent être déprivé de leurs droits humains de participer à notre communauté de l’information, comme l’ont déclaré les Nations Unies dans (par exemple) les, très pertinents, articles 19, 21 et 27 de leur déclaration universelle des droits de l’homme. Nous sommes tous les deux humains et nous venons peut-être de classes sociales différentes, alors toi et moi pourrions penser différemment ici, Deborah. Mais pour ma part, et je peux parler au nom de tous mes collègues artistes ici au bureau, je pense que les droits de l’homme sont très bien.

En outre, le vol de contenu semble sévère avec ce site Web, je ne savais pas qu’ils avaient fait ça ! Il y a quand même un moyen de récupérer les objets volés ? Vous devriez soit aller à la police et leurs demander de vous aider à récupérer les objets volés. Ou peut-être parler à votre compagnie d’assurance, ils pourraient vous aider à vous dédommager pour la perte. Mais une idée utile : s’ils ont volé quelque chose et qu’ils en ont mis des copies sur un site Web auquel vous pouvez accéder librement, je vous suggère de les copier, pour que vous ayez tous les deux les mêmes choses. C’est une bonne chose dans le monde numérique, tout le monde peut avoir des copies. Je suis surpris qu’ils aient volé quelque chose alors qu’ils auraient pu simplement le copier. Je suppose que ce sont des personnes âgées qui ne connaissent pas les possibilités de la technologie moderne pour faire des copies.

J’ai aussi regardé les Conditions de service de notre côté auxquelles vous avez fait référence dans la lettre précédente (la menace, vous vous souvenez ?) — vous avez déclaré que le domaine violait ToS 4.2c. Permettez-moi de vous en envoyer une copie pour vous faciliter la consultation (et vous pouvez avoir cette copie, nous avons toujours la nôtre) ;
« Vous acceptez de ne pas utiliser les Services et/ou le nom de domaine fourni par les Services pour des activités impliquant : c. La publicité et/ou la diffusion de contenus illégaux selon les lois en vigueur. »
Deborah, j’ai été très choquée et consternée que vous ayez fait référence à cette partie de nos conditions d’utilisations. En fait, je n’ai pas visité le site Web en question, même si vous avez mits le liens plusieurs fois maintenant. Vous admettez avoir diffusé du contenu illégal dans votre journal, à des fins lucratives, n’est-ce pas ?

Nous sommes de grands partisans de la liberté d’expression, je peux vous l’assurer, mais nous avons aussi des limites. Si vous diffusez du contenu illégal, et que nos clients ont volé ce contenu illégal et distribuent maintenant des copies gratuites de celui-ci, c’est un énorme problème pour nous. Puisqu’il serait illégal pour nous d’obtenir ces copies si elles sont illégales, je vous demande de quel type de contenu il s’agit ? D’après ma compréhension juridique limitée dans notre pays, je sais seulement que la pornographie enfantile et les messages haineux dirigé vers certains genres, races ou groupes religieux sont illégaux. Je ne sais pas trop comment c’est à York, mais je suis certain que l’Angleterre a des lois semblables aux nôtres étant donné que notre pays était une de vos colonies. J’espère vraiment que vous ne participerez pas personnellement à la création et à la diffusion de ce type de contenu.

Maintenant, je comprends que vous voulez des informations sur les personnes derrière le vol et la diffusion du contenu dangereux et illégal qu’ils vous ont privé. Cependant, je ne peux pas vous donner cette information sans une ordonnance d’un tribunal national. Et pour être honnête, nous sommes un groupe artistique et nous ne sommes pas vraiment doués pour recueillir cette information. Nous essayons de constituer la plus grande collection privée de noms de domaine au monde. Nous ne pouvons pas nous permettre d’acheter tous ces noms de domaine nous-mêmes (et nous ne sommes pas assez intelligents pour trouver des milliers de noms de domaine vraiment intéressants que nous avons jusqu’à présent) donc nous avons des clients (ou public participant comme nous les appelons en fait en interne) qui nous donnent les deux noms et payent les factures pour eux ! Une partie importante de notre message artistique est que le créateur et le public se mélangent tellement que nous aimons que personne n’ait de mérite plutôt que quelqu’un. Nous aimons l’idée d’une communauté libre, sans sexe, sans nom, de pairs égaux, qui atteindrait une valeur réciproque par la coopération. Cela va à l’encontre de nos valeurs et de nos objectifs artistiques d’exiger des informations privées de notre public, lorsqu’il est assez gentil pour participer. Mais ce qui est bien (pour vous !) avec le réseau mondial interconnecté que nous appelons paresseusement les internautes, c’est que l’information sur l’adresse IP sur laquelle un site web est hébergé, et donc sur le fournisseur qui l’exploite, est totalement ouverte ! Vous pouvez voir les mêmes informations autant que nous. Honnêtement, nous connaissons beaucoup de gens qui pourraient probablement obtenir plus d’information, mais ce serait probablement un crime, et nous ne sommes pas heureux de commettre des crimes. J’espère plutôt que vous arrêterez de créer du contenu illégal et de le diffuser. Il n’est jamais trop tard pour tourner la page.

Tous le meilleur,
Njalla / Konsthack

📧🦜Un perroquet t’attend…
..avec un mail dans son bec !

Pas facile de suivre un blog que tu apprécies, pas vrai ?

Je sais aussi que c’est chiant de recevoir des newsletters sans intérêts qui encombrent ta boite mail.

Alors je te propose un truc très simple :

  • Tu laisses ton adresse e-mail.
  • Et tous les vendredi, tu reçois 1 seul mail, avec à l’intérieur les articles complets de la semaine (tu pourras les lires sans quitter ta boite de réception !).

Cool, non ? (Oui, le mail est apporté par un perroquet)

Si tu as un commentaire sur l’orthographe : je te remercie, mais l’orthographe ne m’intéresse pas.

Un Commentaire ? :)

  S’abonner  
Notifier de
Fermer le menu