Les artisans d’internet

Plus internet avance en âge, plus certains utilisateurs, dont moi, ont l’impression de se balader dans des couloirs blancs et aseptisés.

Des couloirs avec pour fond sonore le bruit d’une foule inconnue, des néons blanc qui crépitent, du souffle de la clim et des agents de nettoyage qui effacent la moindre irrégularité qui viendrait tâcher cet environnement désigné comme parfait.

Parfait, mais ennuyant.

Artificiel, démolisseur de créativité, de liberté, de vie privée… (oui, parce qu’en plus il y a des caméras qui te regarde dans les couloirs)

Bref, on a plus l’impression de se balader dans un Carrefour géant, que dans une belle ville avec ses parcs, ses petits commerces, ses endroits agités et calmes et ses recoins sombres.

Face à ça il y a les artisans d’internet.

Les personnes qui ont décidé de ne pas faire de leur projet des centres commerciaux.

J’en ai choisi deux pour illustrer se courant.

Hype Machine

Hype Machine est un lieu pour découvrir de nouvelles musiques, et des blogs qui ont les mêmes goûts que toi.

Oui, des blogs.

Hype Machine puise sa bibliothèque musicale dans une liste blogs (écrit pas des passionnés) qui partagent leurs musiques favorites.

Tu peux donc découvrir des nouvelles musique, mais aussi des blogs qui parlent de musique que tu apprécies.

Hype Machine gagne de l’argent grâce aux dons, mais depuis peu, ils proposent en plus de ça une newsletter payante (et ils gagnent un peu d’argent grâce à de la pub affichée sur le site aussi).

Micro.blog

Micro.blog est à mi-chemin entre Twitter et WordPress.

Entre le blog et le réseau social.

Tu peux créer un blog où tu peux poster ce que tu veux, une critique de film, un moment de vie, ton avis sur l’intelligence artificielle… sous n’importe qu’elle format (photo, vidéo, texte, podcast…)

Et tu peux aussi suivre d’autres blogs et répondre à leurs contenus. Il n’y a aucune metrics, pas de nombre de followers, de nombre de likes etc… (d’ailleurs il n’y a pas de like, seulement des favoris qui servent à bookmarker un contenu que tu apprécies).

Micro.blog gagne de l’argent grâce à des abonnements qui t’offrent plus de fonctionnalités.

Mais qu’est-ce qui différencie ces artisans d’internet des centres commerciaux et des industriels d’internet ?

Il y a une philosophie de consommation clairement différente.

Spotify nous vend de la musique en illimités, des millions de titres, des playlists pour remplir chaque seconde de notre vie, et va plutôt nous pousser à écouter des artistes déjà écoutés par tout le monde.

Hype Machine nous propose de la musique d’artistes que tu ne connais probablement pas, de genre musical que tu n’as probablement pas l’habitude d’écouter et tu ne vas pas écouter Hype Machine toute la journée, tu vas plutôt savourer les quelques titres que tu as découverts.

Twitter veut te faire savoir tout ce qu’il a de plus tendance dans le monde ou parmi les gens que tu suis. Il va mettre en avant les choses populaires au mépris des contenus moins partager.

Microblog veut que tu découvres, partage, apprenne des choses intéressantes, peu importe la popularité ou la tendance. Son but n’est pas non plus de te faire rester le plus longtemps en ligne pour te faire voir le plus de publicité possible, puisque Micro.blog gagne de l’argent grâce à des abonnements payant.

Les artisans d’internet ont une philosophie de consommation différente des centres commerciaux ou industriels du web.

Mais ce n’est pas tout. Un autre aspect qui saute aux yeux qui différencie les artisans des industriels :

Leurs tailles.

Un artisan n’a jamais autant de clients que Carrefour. Et il n’a jamais autant d’employés que Carrefour.

Hype Machine, Micro.blog, ce sont des projets avec une audience et une équipe limité. (une équipe de 3 personnes pour Hype Machine)

Ce qui introduit une autre différence : le côté plus humain.

Pas humain comme les startups nous l’ont vendu. Pas des échanges analysé et optimisé pour une meilleure performance, mais de vraie échange humain spontanée et imprévisible, sans barrière ni process.

Pour finir, les artisans ne travaillent jamais gratuitement.

Les industriels nons plus, mais eux font souvent croire à une gratuité.

Généralement, les artisans font payer un abonnement ou alors te demande de les soutenir avec un don mensuel (du genre Patreon)

Ça peut sembler moins accessible que ce que font les industriels, mais si l’artisan s’appuie sur du financement participatif, c’est tout aussi accessible (même ceux qui ne payent pas peuvent profiter du produit) et surtout ce n’est pas une fausse gratuité (ils ne se servent pas de tes données pour gagner de l’argent).

Alors oui, notre internet actuel ressemble à un Carrefour géant avec une zone industrielle autour. Mais, il n’existe pas que ça.

L’essence même d’internet n’a pas disparu.

Elle se fait plus rare, et c’est catastrophique, mais elle est toujours présente.

Tu peux sortir de cette zone industrielle pour explorer le monde des artisans d’internet.

Tu peux utiliser leurs produits, les aider, tu vivras dans un internet qui te plaît plus et tu participeras à (re)faire émerger ce mouvement.

Orel.

 


📧🦜Un perroquet t’attend…
..avec un mail dans son bec !

Pas facile de suivre un blog que tu apprécies, pas vrai ?

Je sais aussi que c’est chiant de recevoir des newsletters sans intérêts qui encombrent ta boite mail.

Alors je te propose un truc très simple :

  • Tu laisses ton adresse e-mail.
  • Et tous les vendredi, tu reçois 1 seul mail, avec à l’intérieur les articles complets de la semaine (tu pourras les lires sans quitter ta boite de réception !).

Cool, non ? (Oui, le mail est apporté par un perroquet)

Si tu as un commentaire sur l’orthographe : je te remercie, mais l’orthographe ne m’intéresse pas.

Un Commentaire ? :)

  S’abonner  
Notifier de
Fermer le menu