Le Navigateur Peer-to-Peer

Je te présente Beaker Browser.

Ce navigateur redéfinit ce qu’un navigateur doit être, et il s’appuie sur un nouveau web : le web en peer-to-peer.

Le peer-to-peer a pendant longtemps été vu (et est encore vue) comme l’outil du pirate pour télécharger des musiques et des films dans une illégalité de type infinie.

Napster et Emule (sans oublier Limewire) l’ont popularisé.

Sauf que le peer-to-peer (ou le P2P pour aller plus vite) n’est pas juste bon pour le piratage. C’est un protocole qui peut être utilisé pour pleins d’autres choses.

On l’oublie, mais Skype a pendant un certain temps utilisé le peer-to-peer (pour les conversations et les échanges de fichiers), d’ailleurs Skype devait originellement s’appeler Sky peer-to-peer. (Culture mention Wikipédia)

Au-delà de ça, le P2P trouve plutôt bien ça place pour permettre aux personnes qui n’ont pas internet de quand même faire circuler de l’information, ou pour éviter la censure, ou encore pour supprimer les rapports de forces inégaux des grosses plateformes contre leurs utilisateurs.

Preuve que c’est une technologie qui peut aller plus loin que le piratage.

Aujourd’hui, le web c’est professionnalisé avec l’arrivée des plateformes et des réseaux sociaux MAIS les utilisateurs ont perdu en personnalisation (ils ne peuvent pas customiser leur page comme ils le souhaitent). Fini le web sauvage ou chaque utilisateur pouvait être un créateur et laissé sa créativité s’échapper. On te donne un format et c’est à toi de rentrer dedans. Interdit et impossible d’en déborder.

Et puis ces plateformes et réseau sociaux ont profité du pouvoir qu’ils avaient pour abuser de leurs utilisateurs en enregistrant leurs faits et gestes, pour utiliser des leviers pour servir leur objectif sans que leurs utilisateurs n’aient conscience qu’ils participent à l’atteinte de cet objectif, pour enfermer leurs utilisateurs dans leurs écosystèmes sans moyen d’en sortir etc…

C’est de ce contexte que né Beaker Browser. Un navigateur qui permet d’explorer un web P2P. Et de le construire.

« Nous croyons que le Web peut (et doit) être une plate-forme où chacun est invité à créer, personnaliser et partager. « 

C’est ce qui est marqué sur la page à propos du site du Beaker Browser. Mais, concrètement c’est quoi Beaker Browser ?

C’est un navigateur comme Google Chrome, ou Firefox. Tu as juste à le télécharger et à l’installer comme tu le ferais pour n’importe qu’elle navigateur.

Ensuite tu peux cliquer sur le bouton « Open the Explore page » qu’il y a sur la bannière violette.

Et c’est là que des différences par rapport à ton navigateur habituel vont apparaître.

Tu vas découvrir des sites un peu différents de d’habitude…

Déjà, regarde la barre d’adresse. Le site ne commence pas par https://, mais par dat://.

C’est normal. Beaker peut fonctionner avec https://, mais son réel intérêt est de pouvoir naviguer sur des sites en P2P. Et c’est pour ça qu’il utilise le protocole Dat://.

En gros Dat:// est un protocole qui permet le P2P. Et Beaker permet de l’utiliser.

L’infrastructure actuelle du web est « Serveur/client ». Le serveur connaît plus de choses sur le client que le client n’en sait sur le serveur. Le serveur est le centre du monde. Ce qui lui donne un pouvoir démesuré. Avec le P2P chaque machine est à la fois un serveur et un client.

En gros, quand tu navigues sur un site en P2P, tu télécharges le site via les autres personnes qui consulte ou qui ont consulté le site comme toi. Il n’y a pas 1 serveur auquel tout le monde se connecte, mais une multitude de petits serveurs un peu partout.

Sur Beaker Browser tu seed (tu sers de serveur) quand tu consultes un site et quand tu quittes le site tu ne seed plus. Sauf si tu trouves le site utile et que tu décides de le seeder en permanence même quand tu n’es pas en train de consulter le site, en activant volontairement une option.

Là, tu vas peut-être te dire « Ok, mais si demain moi je lance un blog, je serais tout seul à seeder mon blog, si j’éteins ma machine, mon blog est hors ligne, non ? »

Exactement !

D’où l’intérêt d’avoir des amis.

C’est pour ça qu’il existe un service, Hashbase, qui permet de faire office d’hébergeur et de garder ton site en ligne même quand ton ordinateur est éteint. Et puis au fur et à mesure que ton blog aura des adeptes, Hashbase ne te sera plus utile, parce que tes visiteurs seederons ton site à tout moment.

J’ai aussi indiqué que Beaker Browser permettait de construire.

Tu peux mettre un site en ligne en quelques clics depuis Beaker. Sans avoir à trouver d’hébergeur. Sans avoir à acheter un nom de domaine.

Tu peux voir les sources de tous les sites que tu consultes (ce qui est utile pour comprendre comment ils fonctionnent) et tu peux aussi les copier (pour les développeurs, comprendre forker) pour en faire ta propre version.

Par exemple, tu peux faire une copie de Fritter (le twitter du P2P) et modifier la taille des boutons, la couleur du fond de la page etc…

Les sites que tu consultent peuvent se synchroniser en hors-ligne. Ce qui est un bon délire si tu sais que tu ne vas pas avoir internet à un moment donnée.

Le plus gros désavantage de Beaker Browser est qu’il ne permet pas d’être anonyme. Je m’explique :

Comme tu télécharges un site grâce au pc d’une autre personne, cette personne peut collecter ton adresse IP.

C’est un problème qui va se poser sérieusement si le protocole devient utilisé par le grand public.

En réalité, le problème vient de Dat:// et pas de Beaker Browser. La Dat Foundation est au courant du problème et y réfléchit.

À priori ce n’est pas impossible d’avoir P2P est anonymat ensemble. D’autres l’ont fait. Comme Zeronet ou I2P.

Le P2P web en est à ces balbutiements, mais est déjà tout à fait exploitable avec Beaker Browser. Il n’y a pas de moteur de recherche P2P, donc pour trouver des sites en P2P il va falloir fouiller sur la page explore du site de Beaker. Ou bien fouiller un peu sur Mastodon, Twitter ou dans des conférences.

Fouiller. Explorer. Construire.

Comme au début du web.

ACCÉDER À Beaker Browser

Récapitulatif :

  • Navigateur pour naviguer en peer-to-peer.
  • Construis sur Chromium.
  • Qui s’appuie sur le protocole Dat.
  • Déploie ton site web depuis ton ordinateur, sans serveur.
  • Tu peux voir les sources de tous les sites.
  • Tu peux copier (fork) et personnalisé tous les sites.
  • Active le rechargement en direct et Beaker rechargera automatiquement la page.
  • Synchronisation hors ligne des pages.
  • Tu peux aussi naviguer sur des pages http:// et https://.
  • Tu seed un site que tu es en train de visiter. Tu ne seed plus le site quand tu le quittes ou que tu fermes le navigateur.
  • Tu peux choisir volontairement de seeder en permanence un site.
  • Tu peux utiliser Hashbase pour maintenir ton site en ligne.
  • Par contre, pas anonyme ! Ton adresse IP est visible !

📧🦜Un perroquet t’attend…
..avec un mail dans son bec !

Pas facile de suivre un blog que tu apprécies, pas vrai ?

Je sais aussi que c’est chiant de recevoir des newsletters sans intérêts qui encombrent ta boite mail.

Alors je te propose un truc très simple :

  • Tu laisses ton adresse e-mail.
  • Et tous les vendredi, tu reçois 1 seul mail, avec à l’intérieur les articles complets de la semaine (tu pourras les lires sans quitter ta boite de réception !).

Cool, non ? (Oui, le mail est apporté par un perroquet)

Si tu as un commentaire sur l’orthographe : je te remercie, mais l’orthographe ne m’intéresse pas.

Un Commentaire ? :)

  S’abonner  
Notifier de
Fermer le menu